Alain Rosenbach est né à Strasbourg.


Après des études de géologie à Nancy(ENSG) puis d' art aux Beaux-Arts de Paris, il réalise de nombreuses expositions à Strasbourg, en Allemagne (Galerie Oberlin, Petit Pont, Faisan, Maillon...), à Paris (Galerie des Ambassades, Agnès B, Sylvana Lorenz, U.B.P, Bateau-Lavoir, Musée Bourdelle, FIAC..), à New York et au Japon(Galerie Art dimension)...Puis blackout, changement de cap, il décide de faire une longue pose où il se consacre surtout à enseigner les Arts et transmettre, écrire, voyager, prospecter des pierres rares...
De ses multiples voyages de part le monde, il ramène autant d'images dans la tête que des milliers de dessins de notes et d'écrits divers.
 Sa peinture, médium parmi d'autres dans ses recherches, s' exprime comme une réminiscence, une anamnèse.
Ainsi, il lui faut des mois, des années parfois de recul,  pour évoquer, de mémoire, ces immensités qu'il a foulées, dans la solitude totale et le confinement( période réellement extra-ordinaire et  de création intense) de l'atelier. Cet aspect est important car ces lieux telluriques évoqués(banquise, glaciers, volcans, déserts...)  ou triomphent les éléments, en deviennent symboliques et conceptuels. Ce sont des lieux de mémoire et de cosmogonie
Cette approche exige un retour réflexif  et parfois douloureux sur soi-même, une longue plongée intérieure. C'est seulement avec ce recul et à ce prix que son travail peut prendre forme. Ainsi des thèmes comme la chute, la plongée, l' élévation, l' apesanteur, l'extase, la destruction, la catharsis, la connaissance, la renaissance, sont abordés de façon récurrentes, comme autant d'étapes initiatrices.
Partir de ses souvenirs perdus pour se rouvrir au monde et s' en alarmer comme s'en éblouir... Distanciation qui amène par delà le travail sur soi, à cette réflexion sur le temps, sur l'histoire, sur notre actualité, bien concrète celle là.  
Réflexion aussi sur l'acte même de créer, peindre, et, finalement, d' exister....

 Cet ovni, inclassable et hors système, est l' auteur d' un ouvrage qui fait  référence sur la peinture contemporaine en France. "Hibrid. Edition des Riaux". Grand voyageur, avide de vastes espaces et de haute montagne, il a réalisé de nombreux carnets de voyage, des sommets andins aux confins de l' Indonésie,(dont "Equateur. Vers la Vallée des Volcans. Editons des Riaux.") et à été régulièrement invité à la Biennale de Clermont-Ferrand(*fondée par le regretté Michel Renaud assassiné lors de la fusillade au siège de Charlie Hebdo en 2015).
Expert en minéralogie, il en a fait son second métier. Cette connaissance des pierres  et de la terre, influence largement et de façon très spécifique sa pratique et sa réflexion  des formes et des couleurs.

Pour AR la création est une course de fond, qui exige temps et souffle . Il est marathonien et pratique le trail en montagne

Aux dernières nouvelles, l' aventurier aurait repris ses antiques pinceaux et voguerait vers de nouveaux territoires: il tenterait, aux confins du monde, d' atteindre de mystérieux rivages,aux courbes douces et sensuelles. Retour aux source???? Works in process!